Accueil









 L'association 






Paysages et portrait...
La connaissance des lieux où vécut un artiste apporte sûrement quelque chose qui n'émane pas spontanément de son œuvre. Il faut parcourir le jardin de Monet à Giverny ou la Provence de Van Gogh pour retrouver l'émotion première du peintre, le comprendre dans sa quête de l'essentiel au fil des heures et des années.

Nous vous invitons, donc, dans ce sens, à suivre les pas d'un compatriote de Van Gogh, au travers des paysages qu'il a fréquentés et des œuvres qu'il a réalisées au cœur du Dauphiné historique.



Paysage en Dauphiné


Le Dauphiné en Europe
En ce début d'été 1873, un homme de 54 ans descend du train dans un petit village du Nord-Dauphiné. Cet homme s'appelle Johan Barthold Jongkind. Il est né à Lattrop, un hameau situé aux confins des Pays-Bas, tout près de la frontière allemande. Après neuf ans d'études à La Haye, il arrive en mars 1846 à Paris, où le peintre Eugène Isabey l'a invité à fréquenter son atelier. Car cet homme est un peintre, un de ceux qui, à Paris, se mettent à jouer avec la lumière et les ombres, un de ceux que l'on commence à appeler impressionnistes.

En fait, Jongkind vient rendre visite à Jules Fesser, le fils de sa compagne Joséphine Fesser, elle-même artiste peintre. Jongkind passera les étés de 1873 à 1877 dans une maisonnette qui domine le château de Pupetières, près du village de Virieu. Dès les premiers beaux jours, celui qu'on appelle « le Père Jonquille » arpente la vallée de la Bourbre et plante son chevalet au fil des sentiers et de son inspiration.


La maison de Jongkind et le château de Pupetières

Cinq ans plus tard, en août 1878, Jongkind s'installe à La Côte-Saint-André, dans la propriété Villa Beau-Séjour nouvellement acquise par Jules Fesser, qui y aménage un atelier pour sa mère et pour le peintre. Commence alors une nouvelle période, fertile en créations, durant laquelle Jongkind réalise principalement des aquarelles sur La Côte-Saint-André et sa région.


La villa Beau-Séjour à La Côte-Saint-André
Bien que Jongkind retourne régulièrement à Paris à la mauvaise saison, il devient un enfant adoptif de la région, se désignant lui-même comme un « paysan dauphinois ». La centaine d'œuvres qu'il y réalise témoigne de la séduction opérée par ces paysages vallonnés sur un précurseur de l'impressionnisme. Il décède dans la région le 9 février 1891 et sera enterré au cimetière de La Côte-Saint-André, où Joséphine le rejoindra quelques mois plus tard.


Inspirée par l'évidence que « la connaissance des lieux où vécut un artiste apporte sûrement quelque chose qui n'émane pas spontanément de son œuvre », notre association Dans les pas de Jongkind en Dauphiné souhaite faire connaître la vie de l'artiste et ses œuvres, plus particulièrement dans sa période dauphinoise, au travers des lieux qu'il a si richement fréquentés.

Parcourez donc ces pages, et n'hésitez pas à nous rendre visite sur place. Nous vous indiquerons la randonnée pédestre ou le circuit touristique qui vous permettront de visiter les sites et mieux découvrir ainsi le peintre et « ses » paysages.


Dans les pas de Jongkind en Dauphiné
Association loi 1901, fondée en 2005.
Mairie de Virieu - 2 rue de Barbenière - 38730 Virieu - France

*  *  *


php5.1.3RC4-dev  www.jongkind.fr © 2005 - 2016. Tous droits réservés.