Accueil









 L'association 






Johan Barthold Jongkind, un peintre en Dauphiné
[Exposition] [Livre] [Circuits]
En dehors de l'exposition, cette année verra aussi la parution d’un ouvrage consacré à Jongkind dans la collection « Les Patrimoines » que publient les éditions du Dauphiné libéré.

Outre l’évocation de la vie et de l’œuvre de Jongkind, le livre, publié fin juin, rappelle le rôle joué par Joséphine Fesser, Hollandaise et peintre elle aussi. C’est elle qui amena Jongkind en Dauphiné pour visiter son mari, cuisinier au château de Pupetières. Et c’est son fils, Jules, qui permit à sa mère et à Jongkind de s’installer confortablement à la villa Beau-Séjour à La Côte-Saint-André.

Tout cela justifiait, du reste, qu’elle soit également présente au sein de l’exposition du musée Berlioz à travers quelques-unes de ses œuvres. L’ouvrage des « Patrimoines » complètera donc le très beau catalogue d’exposition que publie, pour sa part, le musée Berlioz avec le concours des éditions lyonnaises Libel.

L'auteur

Christian Sadoux a fait carrière dans la presse quotidienne à Lyon puis à Grenoble, où il a notamment été rédacteur en chef du Dauphiné libéré. Aujourd'hui, il se consacre à l'histoire régionale et locale. Il est membre associé de l'Académie delphinale.

Présentation

Johan Barthold Jongkind (1819-1891) est salué par les historiens de l'art comme le précurseur de l'impressionnisme. Édouard Manet dit de ce Hollandais qui aimait la France qu'il est le « père du paysage moderne » et Claude Monet reconnaît lui devoir « l'éducation de son œil ».

À l'âge de cinquante-quatre ans, après une carrière déjà bien remplie, Jongkind abandonne, à la belle saison, Paris, la Normandie ou le Nivernais pour le Dauphiné, les paysages citadins ou marins pour ceux de la plaine de Bièvre et de la vallée de la Bourbre.

À Virieu puis à La Côte-Saint-André, il mène une existence paisible avec la famille de Joséphine Fesser. De ces séjours, il nous laisse une belle collection d'œuvres, où son talent s'applique aux lumières et ciels bas du Bas Dauphiné et où se révèle un observateur attentif de la vie des campagnes à travers des paysages toujours habités et vivants.

C'est à la découverte de ce peintre encore mésestimé que nous conduit Christian Sadoux, le situant dans la vie artistique du XIXe siècle, en Hollande et en France, avant de le présenter sur les terres dauphinoises. Ces terres où il a laissé bien des traces, écrites notamment, qui nourrissent amplement le portrait du maître.

*  *  *

Format : 52 pages, 150x210 mm; ISBN : 978-2-8110-0000-4; Prix : 7 €; En vente chez votre marchand de journaux, par correspondance au 04 76 88 70 88 et en ligne : http://boutique.ledauphine.com/product_info.php?products_id=249

php5.1.3RC4-dev  www.jongkind.fr © 2005 - 2018. Tous droits réservés.